Réalisation films : de l'idée de génie à la diffusion en salle

Rating: 5.00/5 (3 Votes)
Réalisation films : de l'idée de génie à la diffusion en salle 5.0 out of 5 based on 3 votes.

Différentes étapes de la réalisation d'un film

festival de Cannes

I L'écriture

l'idée :

Adaptation d'une oeuvre, faits divers, anecdotes...

le synopsis :

Résumé du scénario et présentation des personnages principaux.
Eviter le style littéraire, les métaphores et autres figures de style.
Ecrire au présent de l'indicatif.
Faire des parties bien distinctes.

le scénario :

Ecriture de l'histoire, également appelé continuité dialoguée. Le scénario est découpé en séquences, par unités de temps, de lieu et d'action. Il suit l'ordre chronologique du film.
Chaque séquence est numérotée et définie par le type de lumière (artificielle, naturelle, jour, nuit, matin, soir) et le lieu de l'action (cf l'exemple).
Eviter le style littéraire, les métaphores et autres figures de style.
Ecrire au présent de l'indicatif.
Le scénario a une présentation qui lui est propre, et cela pour des raisons précises : dialogue décalé et en évidence pour les comédiens, noms des personnages écrits en majuscule et surtout, cette mise en page permet d'évaluer la durée du futur film : une minute/une page.

la note d'intention/traitement :

Pour trouver un producteur, des financements et autres partenaires, le réalisateur doit définir clairement son projet et ses intentions de réalisation. Il propose pour cela des solutions artistiques, esthétiques et techniques : choix du genre, jeu des comédiens, cadrages, rythme, musique, lumière...

II Le découpage technique

Une fois le scénario terminé, il faut le mettre en image !

too late

Le découpage technique (voir modèle de document type) consiste à le découper en plans. Pour cela, il faut connaître et maîtriser :

Le plan :

Série de photogrammes enregistrés lors d'une même prise (soit entre le moment « rec » et « stop » de l'enregistrement). On compte en moyenne entre 150 et 900 plans dans un film !

Le plan-séquence :

Séquence tournée en un seul plan.

Le cadre :

Partie visible du champ.

Le hors-cadre :

Partie non visible du champ.

Le champ, le hors-champ et le contre-champ :

- Le champ correspond à tout ce qui se trouve dans l'espace de la scène du plan. Il ne se limite pas seulement à ce que voit le spectateur puisqu'il implique nécessairement un hors-champ.
- Le hors-champ fait appel à l'imaginaire du spectateur. Il désigne tout ce qui ne se voit pas à l'écran mais qui existe dans l'idée que se fait le spectateur de la scène et sa narration.
- Le contre-champ est une notion utilisée au montage. Il consiste à montrer en alternance les deux axes d'une scène : un personnage qui parle puis celui qui lui répond, un gangster qui tire un coup de feu et son adversaire qui s'écroule...
Pour qu'un champ/contre-champ fonctionne, on doit respecter la règle des 180°.

Profondeur de champ :

Dépend de la distance entre deux éléments ou personnes filmés dans l'axe de la caméra. On parle d'éléments situés au « premier » ou au « second » plan. Le type de focale utilisé permet de jouer avec la mise au point.

Le son « in » et le son « off » :

Un son est « in » lorsque sa source est présente dans le cadre et « off » si elle ne l'est pas.

L' échelle des plans

Les mouvements de caméra et les angles de prise de vue

Les raccords :

Passage d'un plan à un autre lors du montage. Correspond donc à l'enchaînement des plans. Il existe différents types de raccords : champ/contre-champ, raccord dans l'axe, raccord de mouvements, montage // et montage alterné...
Pour éviter que les axes de prise de vue de deux plans successifs soient choquants ou désagréables à l'oeil du spectateur, il faut respecter un angle d'au moins 30°.

III Préparation du tournage - choisir son équipe technique et artistique

croisette 1 copie copie

Directeur de casting :

Choisit les comédiens en fonction des rôles à distribuer.

Producteur :

Rassemble les différents financements indispensables à la production d'un film.

Scripte :

Poste souvent occupé par des femmes. La scripte est en permanence sur le plateau, aux côtés du réalisateur et du chef opérateur. Elle est chargée de noter tous les éléments nécessaires à la bonne continuité du film (techniques, artistiques, éléments de décor, accessoires...). Le tournage d'un film se déroule très rarement dans l'orde chronologique du scénario et elle doit veiller à ce que tous les plans soient « raccord ».

Chef opérateur/directeur de la lumière :

Le chef opérateur est le responsable de la technique photographique, des prises de vues et de la qualité artistique de l’image. Il dirige la mise en place de l'éclairage et de la lumière afin de restituer au mieux les tons, les couleurs et les ambiances que souhaite le réalisateur.

Ingénieur du son :

Il doit enregistrer le son des scènes filmées ainsi que des sons d'ambiance appelés « sons seuls », nécessaires au montage et au mixage durant la post-production. Il est assisté d'un perchman/perchiste.

Assistant réalisateur/premier assistant :

Pour assurer le bon déroulement du tournage, le premier assistant lit attentivement le scénario pour effectuer le « dépouillement ». Cette étape consiste à classer tous les lieux de tournage, les décors, les accessoires, la présence nécessaire des comédiens, des techniciens... de façon à établir un « plan de travail ».
Le plan de travail définit donc la chronologie du tournage jour après jour.

Machiniste :

Ce technicien s'occupe de la machinerie, c'est à dire de tout le matériel sur lequel on pose la caméra : pieds de caméra, rails de travelling, grue, chariots, louma...

Régisseur :

Le régisseur règle les problèmes d’intendance qui se posent aux techniciens, aux acteurs et à l'équipe de réalisation. En gros, c'est un peu l'homme à tout faire du tournage !

Retrouvez tous les métiers du cinéma ici.

IV Le déroulement du tournage

Le tournage ne suit pas l'ordre chronologique du scénario, de l'histoire.

Il est fait en fonction des décors, des lieux de tournages, de la disponibilité des artistes. C'est le premier assistant qui organise le tournage en établissant un « plan de travail »

V La post-production

Correspond à l'élaboration du montage, de l'étalonnage et du mixage...

jany 2

Le dérushage :

Les rushes correspondent à l'ensemble des plans tournés. On doit visionner l'ensemble de ces rushes plusieurs fois de façon à pouvoir déterminer quels seront les plans utilisés au montage.
Le rapport de la scripte est précieux pour connaître d'emblée les plans ratés lors du tournage et ne pas perdre de temps au dérushage !

Le montage :

Consiste à mettre bout à bout les différents plans tournés afin d'organiser le récit. Le montage participe au rythme du film. Aujourd'hui, la grande majorité des monteurs ont recours au montage informatique, notamment avec des logiciels tels que Première Pro ou Final Cut Pro.

L'étalonnage :

Consiste à rectifier la luminosité et les couleurs de chaque plan pour assurer une homogénéité à l'ensemble du montage.

Le mixage :

Etape correspondant au traitement du son pour assurer également une homogénéité entre les différentes prises qui n'ont pas forcément le même volume, la même qualité...

VI La diffusion :

Montrer son film ! Internet, Télévision, festivals, salles de cinéma...