Reportage Citizen Manouche

Rating: 5.00/5 (3 Votes)
Reportage Citizen Manouche 5.0 out of 5 based on 3 votes.

Produit en 2007 par Julianto Films, Clermont-Première et Thomas Chansou, le reportage documentaire Citizen Manus (ou Citizen Manouche) a participé à de nombreuses projections-débats et concerts dans cadre de soirées thématiques en festivals, ciné-clubs et associations, ainsi qu'au sein de l'Education Nationale.

Aujourd'hui ce reportage documentaire est une référence sur la culture manouche en France et représente un support pédagogique pour des associations de Gens du Voyage et pour le Casnav de Créteil, dans le cadre de formations d'instituteurs et d'éducateurs amenés à travailler avec cette population.

citizen manouche1

À la découverte de la culture manouche

Citizen Manouche est un road movie qui nous mène de Corrèze en Italie en compagnie de trois jeunes cousins manouches Gary, Wesley et Sébastien.
Le but de leur périple : aller à la rencontre de leur famille sinti-piémontaise de l'autre côté des Alpes, et approfondir l'histoire de leur communauté.

Un voyage initiatique

Ce voyage initiatique est avant tout celui de la rencontre avec d'autres Voyageurs au cours de leurs étapes jusqu'à la frontière italienne. Différentes facettes du monde du voyage s'offrent à eux : des familles installées sur des terrains désignés à celles qui s'installent sur les campements " sauvages ", de Mamboula, l'homme aux chevaux qui perpétue la vie simple d'antan, au jeune voyageur fier de sa voiture customisée. Plusieurs personnalités du monde manouche les guident dans leur quête : le guitariste Tony Weiss dans une version personnelle de l'origine et de l'histoire des Roms, l'abbé Valet qui inspire admiration et respect aux trois jeunes gens, le musicien et écrivain Lick qui établit le contact avec la communauté sintien Italie, Sergio Franzese qui les accueille dans la région de Turin.
La période de l'internement des Tsiganes pendant la deuxième guerre mondiale (lors de la visite du site du camp de Saliers), la mise en place des carnets anthropométriques sont au nombre des sujets abordés. C'est un film vivant, avec un ton nouveau, celui d'une génération qui cherche à s'approprier son histoire.

Un film fait de l'intérieur

Dans Citizen Manouche, on est directement plongés dans l'univers de ces trois jeunes Voyageurs. Il n'y a pas plus d'explications que ce qui est donné à voir et à entendre. Pas voix off, ni de narrateur...

citizen manouche2

La parole est donnée à Gary, Wesley, Sébastien et les Voyageurs qu'ils rencontrent. Ainsi, ils dialoguent entre eux et oublient la présence du réalisateur, résolu à partir seul avec eux afin qu'aucun technicien ou assistant supplémentaire ne puisse créer un clivage entre les Manouches et la caméra.

Le spectateur est amené à voir la culture tsigane par le regard des trois jeunes, soit par le regard de Voyageurs. « L’autre culture », celle dont on ne connaît finalement rien et que l’on a tendance à catégoriser, est comprise avec leur regard, leur mentalité, et non avec celle des gadjés (les non Tsiganes).

Ce film donne donc aux spectateurs, une nouvelle façon de penser le monde des Voyageurs, sans non plus tenir un discours erroné ou idyllique sur la situation de cette population.